facebook bruno dufour coppolani twitter bruno dufour coppolani linkedin bruno dufour coppolani contact bruno dufour coppolani adagp bruno dufour coppolani

COMMANDES ET CONTRAINTES

Le travail de commande artistique se définit spontanément par la question de l'échange ; de la relation devrait-on dire, puisqu'un dessein commun en est l'enjeu.

Au travail de commande on oppose le travail d'atelier, libre de toute contrainte puisque sans commanditaire. Quand le peintre travaille ''pour lui'', c'est, tout au moins dans sa tête, le monde qui lui passe commande. Quand le monde passe commande, les contraintes qui ne sont pas énoncées, s'imposent, de fait, selon des exigences internes ; elles n'en sont que plus démesurées. Pour le dire autrement, face à lui même le peintre risque de se perdre.

De ces deux formes d'échange, l'une avec commanditaire, l'autre face à soi, la première renvoie à des réalités concrètes, la seconde à des spéculations vertigineuses. L'une serait entachée de compromission, puisque contrainte, l'autre nécessairement vertueuse puisque libre. Imaginer ainsi qu'il y aurait des peintures triviales et d'autres plus nobles n'a en réalité pas de sens. Le travail de commande s'articule toujours sur le travail d'atelier. Il s'en nourrit, certes, mais en contrepartie il le recadre et le réveille de rêveries trop spéculatives. La première forme est d'autant plus nécessaire que la seconde est élevée : Il faut bien qu'à un moment l'exigence prenne visage.

 
Bruno Dufour-Coppolani. Juin 2013